De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Plutôt que d’aborder de front la (vaste) question de la pertinence d’une ouverture aux sciences humaines dans les cursus de futurs chercheurs en sciences expérimentales et exactes, je préfère ici commencer par restreindre la réflexion à l’effet que pourrait avoir la sociologie des sciences dans la formation de ces derniers.[1]

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

Continuer la lecture de De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Réflexions à la suite de la Journée d’Etude « Edition et diffusion des études de sciences » organisée par le Cluster de recherche Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages, le 9 février 2011, ENS Lyon

Le 9 février 2011, à l’occasion de la sortie des trois premiers ouvrages de la collection « Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages » aux Editions des Archives Contemporaines, une journée d’étude a permis de discuter des pratiques éditoriales dans les études de sciences.

Les diverses interventions de la journée et les questions qu’elles ont suscitées m’incitent à revenir sur les enjeux épistémologiques de la problématique éditoriale pour les études de science et à prendre position dans la réflexion que l’équipe mène sur les pratiques de communication scientifique.

Je souhaite ici reprendre trois points qui me paraissent essentiels dans le débat sur la réflexivité institutionnelle auquel cette journée avait pour objectif de contribuer : Continuer la lecture de Réflexions à la suite de la Journée d’Etude « Edition et diffusion des études de sciences » organisée par le Cluster de recherche Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages, le 9 février 2011, ENS Lyon

Mathieu Quet : « Le chaos des écritures : deux ou trois remarques pour clarifier mes idées » (synthèse d’un cycle du séminaire « Le chaos des écritures »)

Le texte qui suit a été rédigé par Mathieu Quet pour synthétiser les débats et interventions qui eurent lieu entre 2009 et 2010 à l’Université Paris 7, lors du séminaire « Le chaos des écritures », proposé et animé par Yves Jeanneret, Baudouin Jurdant et Joëlle Le Marec.

Le séminaire 2009-2010 a permis de balayer plusieurs types de questionnement et domaines d’étude de l’écriture. On y a aussi vu se dessiner des pistes d’analyse et des ornières à éviter. Et dans une certaine mesure, des horizons d’attente communs sont apparus, même s’ils n’ont pas toujours été précisés. En revenant sur les résumés des interventions pour en proposer une synthèse, en confrontant mes souvenirs de cette année avec les commentaires déjà proposés, j’ai essayé de clarifier mes idées sur ce que je saisis du cheminement du séminaire et de préciser des points plusieurs fois défendus mais dont le contenu me semble un peu trop implicite. Il s’agit d’un exercice, avec un côté très artificiel (et schématique à l’extrême), mais j’ai trouvé utile de m’y livrer pour me réapproprier les grandes directions du séminaire. Continuer la lecture de Mathieu Quet : « Le chaos des écritures : deux ou trois remarques pour clarifier mes idées » (synthèse d’un cycle du séminaire « Le chaos des écritures »)

Pablo Kreimer et Hernan Thomas, Un peu de réflexivité ou « d’où venons-nous ? », Etudes sociales de la science et de la technologie en Amérique Latine, 2004

Texte traduit de l’espagnol par Toni Ramoneda et Sarah Cordonnier, pour le laboratoire « Communication, Culture et Société » et pour ce site. Le texte original était le suivant :

« Un poco de reflexividad o ¿de donde venimos ? Estudios Sociales de la Ciencia y la Tecnología en América Latina », in Kreimer, P., Thomas, H., Rossini, P., Lalouf, A. (dir), Producción y Uso Social de Conocimientos : Estudios de Sociología de la Ciencia y la Tecnología en América Latina. Buenos Aires : Universidad Nacional de Quilmes Editorial, 2004, pp. 11-89.

Télécharger le texte (format pdf) Continuer la lecture de Pablo Kreimer et Hernan Thomas, Un peu de réflexivité ou « d’où venons-nous ? », Etudes sociales de la science et de la technologie en Amérique Latine, 2004

Eric Fouquier : Contexte intellectuel et idéologique de l’étude « Les spectacles scientifiques télévisés » réalisée par Eric Fouquier et Eliseo Veron.

Ce texte d’Eric Fouquier, écrit à notre demande, revient sur le contexte d’une recherche menée avec Eliséo Véron sur les spectacles scientifiques à la télévision et sur leur réception, recherche qui a fait date.

Lien : Fouquier, Eric et Veron, Eliseo, « Les spectacles scientifiques télévisés – Figures de la Production et de la réception », Paris : La Documentation française, 1985.

Comment resituer la pensée de cette époque 1981-84, historiquement proche mais qui paraît déjà un monde ancien lorsqu’on pense télévision, culture, communication, information ?

Il faut d’abord se replacer dans le moment politique particulier où elle a été commandée par le Ministère de la Culture. Continuer la lecture de Eric Fouquier : Contexte intellectuel et idéologique de l’étude « Les spectacles scientifiques télévisés » réalisée par Eric Fouquier et Eliseo Veron.

La revue Pandore : Note critique

Le bulletin Pandore, bimestriel, parait à partir de novembre 1978. Bulletin de liaison, bulletin d’information, il est envoyé gratuitement sur simple demande jusqu’au vingt-cinquième numéro (novembre décembre 1983), puis par abonnement pour les cinq derniers numéros.

La gratuité est rendue possible grâce au concours de la Maison des Sciences de l’Homme, puis également celui du programme STS (Science, technologie, société) du CNRS à partir du numéro 19 (juin 1982) et enfin, à partir du numéro suivant (n°20, septembre octobre 1982), avec le soutien supplémentaire du CESTA (Centre d’étude des systèmes et technologies avancés). Elle est initialement le corollaire d’une présentation sommaire, mais l’augmentation constante du nombre de pages et le soin croissant porté à la qualité typographique accompagnent le passage progressif à la technique de la photocomposition, pleinement effectif en avril 1983 lors de la sortie du numéro 23. Des illustrations en noir et blanc, parfois proposées par les auteurs, agrémentent cependant tous les numéros. Continuer la lecture de La revue Pandore : Note critique

Babou, Igor et Le Marec, Joëlle, Nova Atlantis – Manifeste pour une utopie baconienne en sciences humaines et sociales, Alliage n° 47, Anais Editions, 2001, p. 3-10.

Télécharger l’article (format pdf)

Extrait :

Croyons-nous encore à la possibilité d’un travail collectif en sciences humaines et sociales ? Certes, les réseaux, axes thématiques, groupements de recherche, et autres groupes d’études, ne cessent de se créer. Mais la plupart du temps, les chercheurs sont sommés de s’associer sous la pression des modes de financement de la recherche et des logiques administratives et comptables de constitution des équipes, en alignant des « forces » et des réseaux d’influence, en promettant une interdisciplinarité bien souvent commandée par la seule nécessité de faire avec l’hétérogénéité de démarches individuelles. Existe-t-il encore malgré tout la possibilité de faire exister des groupes de recherche qui soient fondés sur un véritable projet scientifique commun ?

Croyons-nous encore en une vision de la science comme travail collectif, empirique et public ?

Points de vue