La revue Pandore : Note critique

Le bulletin Pandore, bimestriel, parait à partir de novembre 1978. Bulletin de liaison, bulletin d’information, il est envoyé gratuitement sur simple demande jusqu’au vingt-cinquième numéro (novembre décembre 1983), puis par abonnement pour les cinq derniers numéros.

La gratuité est rendue possible grâce au concours de la Maison des Sciences de l’Homme, puis également celui du programme STS (Science, technologie, société) du CNRS à partir du numéro 19 (juin 1982) et enfin, à partir du numéro suivant (n°20, septembre octobre 1982), avec le soutien supplémentaire du CESTA (Centre d’étude des systèmes et technologies avancés). Elle est initialement le corollaire d’une présentation sommaire, mais l’augmentation constante du nombre de pages et le soin croissant porté à la qualité typographique accompagnent le passage progressif à la technique de la photocomposition, pleinement effectif en avril 1983 lors de la sortie du numéro 23. Des illustrations en noir et blanc, parfois proposées par les auteurs, agrémentent cependant tous les numéros.

Destinataires et fonctionnement

Le public de Pandore constitue, au cours des cinq ans de sa parution, un groupe de 600 à 1000 personnes et institutions inscrites au fichier – et un nombre sans doute bien plus important de lecteurs. C’est donc une forme de communauté qui s’institue, mais laquelle ?

Lors de la création de Pandore en 1978, la problématique du rapport entre science, technologie et société commence à intéresser des chercheurs dans plusieurs disciplines, mais il n’existe pas d’organe de liaison, d’information ou de discussion. Dans le premier numéro des Cahiers STS1), Isabelle Stengers rappelle que « STS, il y a quelques années, en France, c’était un réseau un peu flou : des gens qui se reconnaissaient à certaines questions, certaines lectures, certains scepticismes, certaines ironies – et quelques points de repère bienvenus, notamment une revue, Pandore, qu’on lisait d’un bout à l’autre même si l’on trouvait toujours un bon prétexte pour ne pas écrire « cette fois-ci » » (p. 91).

Ces « gens » qui se reconnaissent dans la communauté STS, une communauté dépassant d’emblée les clivages disciplinaires, semblent aux concepteurs de Pandore se résumer, au fil du temps, à un groupe de chercheurs en sciences humaines et sociales : ils ont le sentiment que le bulletin « avait lentement dérivé vers les sciences sociales et les informations qu’elles pouvaient donner sur les sciences exactes. Cette dérive, inévitable au début, nous préoccupait de plus en plus, puisqu’elle laissait supposer que les science « humaines » pouvaient non seulement échapper à la critique mais encore faire la critique des autres sciences » (Pandore n° 22, février 1983). Mais les rédacteurs de l’édito ont « la bonne surprise de le constater, grâce à la réinscription, que les lecteurs de Pandore étaient, pour moitié, des chercheurs en sciences exactes ou des ingénieurs » (idem).

Finalement, Pandore « sert de repère bibliographique et de boîte aux lettres, pour la communauté des scientifiques, ingénieurs, enseignants, syndicalistes, administrateurs et amateurs, qui sont intéressés par les relations des sciences, des techniques et des sociétés » (Pandore n°s 23 et 24). Cette mixité professionnelle des fidèles de Pandore jouera, comme on le verra, sur les thématiques abordées dans la rubrique « Opinion » (les autres rubriques étant le fruit du travail d’un petit noyau relativement homogène), mais aussi sur le style choisi par les auteurs (à côté de l’argumentation de type scientifique, on trouve des articles humoristiques, véhéments, ésotériques, poétiques…).

Le bulletin est conçu comme un organe de liaison nécessaire, mais provisoire, dès les premiers numéros. Ainsi, le numéro 7 (février 1980) le présente ainsi : « Et Pandore dans tout cela ? C’est un « torchon de papier », la cause est entendue, mais ce torchon qui circule, qui brise les monopoles, est utile à quelque six cent personnes. Puisque ce milieu dont les débats sont devenus si importants n’est soutenu par presque personne, il faut bien continuer les quelques initiatives modestes qui ont vu le jour. Depuis 7 numéros, les lecteurs peuvent en être convaincus : un numéro n’est que la boîte aux lettres de Pandore. Nous ne censurons rien de ce que l’on nous demande de faire paraître, ce qui n’est pas si courant. Nous avons joué le jeu, nous nous sommes limités à notre rôle de brancheurs de réseaux. Alors, en attendant les belles revues sur papier glacé ou les quotidiens à grande diffusion dont vous rêvez, envoyez-nous des avis, des opinions, des annonces, des bibliographies ; nous les rediffusons. Utilisez Pandore… en attendant mieux ».

Quant au numéro suivant (n°8, avril 1980), il débute sur une affirmation en majuscule : « PANDORE N’EST PAS UNE REVUE ! », suivi de l’explication : « c’est un bulletin fait par ses lecteurs », qui ont donc le devoir, s’ils sont mécontents, de contribuer au contenu plutôt que de s’en plaindre : « Si vous trouvez qu’on parle trop d’une discipline, pas asseztrop d’un groupe et pas assez d’un autre ; trop d’une approche et pas assezPandore sera doté d’un directeur de publication, en la personne de Bruno Latour. Mais les lecteurs seront encore régulièrement admonestés et incités à participer à l’élaboration du contenu de la revue (numéro 14, juin 1981 : « N’oubliez pas que Pandore est fait par ses auteurs-lecteurs. […] Si vous voulez que l’on parle d’un livre, d’une conférence, d’une réunion, d’un rapport, ne vous contentez pasDemandez à quelqu’un de faire un compte rendu dans Pandore. Pandore n’est pas une revue ou un grand journal avec des comités de lecture et des critiques patentés. Si l’on ne parle pas d’un ouvrage que vous aimez, n’attendez pas que la machine à écrire de Pandore tape un article, écrivez-le vous-mêmes ! »). d’une autre ; d’une autre, inutile de vous plaindre ou d’accuser un comité de rédaction qui N’EXISTE PAS. Envoyez un texte pour le prochain numéro ». C’est d’ailleurs à partir du numéro suivant, le numéro 9 (juin 1980), que d’envoyer des textes prévus dans d’autres média.

L’objectif dont Pandore est investi est ainsi de réaliser, avec de faibles moyens et avec la participation de ses destinataires, un travail éditorial global dans un secteur ignoré des éditeurs généralistes, de disposer de « la maîtrise complète de l’édition d’érudition dans un domaine encore délaissé par les éditeurs traditionnels » (Pandore n° 22, février 1983). Cet objectif semble rapidement répondre à un besoin effectif face à un manque éditorial ressenti2.

La rubrique « Opinion »

Pandore se donne pour objet initial de proposer des comptes-rendus d’ouvrages sur le thème STS, ainsi que des informations sur les manifestations, appels d’offre et revues concernés, en France et à l’étranger. Connaître les actions réalisées sous l’appellation STS, pouvoir s’y rendre, et s’entendre autour d’une bibliographie commune, tout cela doit permettre pour partie de constituer une identité mieux définie du champ STS, de le rendre plus visible.

Mais Pandore comporte aussi (et surtout ?), ce qui fait le sel de la revue et contribue à constituer et orienter les débats STS pendant les cinq années de son existence, une rubrique « Opinions » présente dans presque tous les numéros. Si tous les articles (de deux pages en moyenne) proposés par les lecteurs-auteurs sont diffusés, une restriction est à noter pour les articles d’opinion, qui font l’objet d’un tri à partir du numéro 17 (février 1982), sur les critères de l’identification des auteurs (plus de textes anonymes), de la qualité des textes (les articles refusés devant néanmoins être cités : « Les lecteurs de Pandore qui nous soupçonneraient d’étroitesse d’esprit pourront, grâce à cette formule, juger sur pièce ») et du refus des attaques personnelles « … en particulier contre nous (nous avons l’esprit large mais quand même ! »).

Ces débats (plus de la moitié des articles forment des suites de prises de positions, de réponses, de réfutations…) prenant place dans la rubrique « Opinion » courent tout au long de l’existence de Pandore… et, pour certains, prennent leurs racines plusieurs siècles avant et ne sont pas résolus aujourd’hui.

Pandore dans Pandore

Les rédacteurs de Pandore répètent que la revue est faite par les lecteurs et, en particulier, que la rubrique « Opinion » ne peut refléter que les prises de positions de ceux qui y participent. Or un premier thème d’entre ceux que la cinquantaine d’auteurs aborde dans les soixante articles de la première série est le bulletin lui-même, son rôle, son action, ses prises de positions… Une partie des articles, dont certains écrits sous la signature de « Pandore », traite spécifiquement de cette question. Car l’enjeu du bulletin est bien compris de tous : en l’absence d’autre structure, le contenu de Pandore influence fortement le contenu, en cours d’élaboration, du champ STS lui-même. Aussi, dès le numéro 9 (juin 1980), est proposée, en guise de bilan, une synthèse des critiques faites au bulletin. Ces critiques portent sur sa qualité matérielle et typographique, sur l’opposition entre sociologie et sciences dures, sur le fait que la critique universitaire ne serait pas assez engagée voire, plus généralement, que l’objet des STS ne serait pas pertinent ou inutile, et enfin sur l’absence de certains thèmes que les lecteurs jugent important (comme l’histoire des techniques). Si les reproches sur l’aspect et les absences thématiques peuvent être réfutées aisément par le rappel de la nature même de ce bulletin « fait par ses lecteurs », les autres critiques trouvent leur prolongement dans les autres articles d’opinion.

Mais des lecteurs feront d’autres remarques par la suite : si Pandore ne se réclame d’aucune ligne éditoriale, il est alors regrettable que certains auteurs « STS » soient surreprésentés dans ses pages, et en particulier Michel Serres et Edgar Morin – mais aussi Popper, Feyerabend, etc., et pas suffisamment Koyré ou encore Piaget : ainsi, Jean-Louis Le Moigne « regrette que les confrères, en charge, par délégation explicite de notre collège invisible, de notre expression collective, s’autorisent un tel pouvoir sur cette progressive construction de notre propre représentation. Pouvoir qu’il importe de reconnaître, au cœur de la relation Science Société, et maintenant, au cœur de la réflexion sur cette relation. Pouvoir qui ne se manifeste que parce qu’il n’est pas récusé. Peut-on former projet, pour Pandore, d’une invention de notre liberté ? » (n° 23, avril 1983, p. 62).

La place des STS dans Pandore, la place de Pandore dans les STS… et la définition d’un champ de recherche

Ces questions se posent fréquemment, et parfois violemment au niveau interpersonnel. Du fait de la ligne éditoriale qui se dessine, cette violence est d’autant plus inévitable que les auteurs les plus assidus que sont les publicateurs de la revue adoptent effectivement, parfois, des positions tranchées, et qu’ils peuvent répondre dans le même numéro à un article auquel ils s’opposent.

C’est ce que fait par exemple Bruno Latour à la suite d’un article de M. Philippon, intitulé « STS ou le nouveau dieu en trois personnes » (n°11, décembre 1980), auquel il réplique par « Une nouvelle carte du tendre ». L’article de M. Philippon, très critique, acerbe et véhément, stigmatise la constitution d’un programme STS au CNRS, au motif que l’argent dont il dispose en quantité attire des chercheurs vénaux et peu compétents (« magouilleurs »), que STS, hégémonique, devient un « royaume sans frontières », et que même les étudiants en sont corrompus ! Il réclame au contraire une spécialisation de la recherche qui serait garante de sa qualité. Bruno Latour quant à lui propose une « carte du tendre » où science, technologie et société sont reliées par le « fleuve du Tendre » qui apparaît dans un petit schéma (une « carte ») commenté. Ce fleuve « s’écoule, parfois coupé de rapides, parfois lent et méandreux, depuis les hauts plateaux de la science, où il n’est encore qu’un mince filet, au cours aisément dévié, jusqu’aux plaines de la Société, où il est irrésistible comme l’Amazone, débordant ses berges comme le Yang Tsé. Comme on le voit sur cette carte, Mr Philippon est le seul à ignorer que ce fleuve n’a qu’un cours ».

Pourtant, à l’intérieur du champ STS tel qu’il apparaît dans Pandore, les rapports disciplinaires, et en particulier une cassure profonde entre les sciences dures et les sciences humaines (spécialement la sociologie des sciences), semblent poser des problèmes reflétés par les contributions à la rubrique « Opinion ». Comme on l’a vu, une certaine « dérive vers les sciences humaines » inquiétait les rédacteurs de Pandore – qui se rassuraient en voyant que les abonnés se répartissaient également entre sciences dures et sciences humaines. Mais lorsque les physiciens prennent la parole, c’est souvent pour critiquer une sociologie qui pense obtenir des résultats valides, alors que seule l’épistémologie serait légitime pour certains (une certaine Martine M., dans un article intitulé « Mouche ! », jubile : « Enfin on les a mouchés ! Au cours des journées de la Société Française de Sociologie […], on a enfin entendu de la part d’un sociologue des propos qui remettaient à leur juste place les sociologues qu’on lit un peu trop souvent dans Pandore », n° 16, décembre 1981, p. 37).

Le sociologue en question, Girolamo Ramunni, explicite sa position de manière plus mesurée dans le numéro suivant. Rappelant qu’ « aucune idée préconçue ne [l]’anime par rapport à la sociologie de la science », il rappelle cependant que, selon lui, un problème se pose dans le « rapport entre théorie sociologique et vérification empirique. La disproportion entre ces deux moments est souvent très forte. Les sociologues de la science ont la fâcheuse tendance de minimiser l’observation (jusqu’à la réduire parfois à l’analyse de l’introduction d’un article scientifique), et de valoriser l’interprétation théorique » (n°17, février 1982, pp. 29-30). Edgar Morin avait fait l’objet de tels reproches dans un numéro précédent, et Bruno Latour, qui défend lui dans Pandore le développement de l’histoire et de la sociologie des sciences contre la philosophie (n°4, juin 1979), verra ses travaux éreintés à ce même titre par Pierre Bourdieu deux décennies plus tard3.

À la suite des deux articles au ton vif de M. Philippon et Bruno Latour, parus dans le onzième numéro de Pandore, le débat sur la pertinence, la portée et la scientificité de STS prend son essor dans la rubrique « Opinion ». Les numéros suivants voient des contributions sur la spécialisation, l’interdisciplinarité, un article anonyme intitulé « croisière sur le Styx », plusieurs fables édifiantes… (en particulier dans le numéro 13, avril 1981, où la rubrique est ponctuellement appelée « STS – controverse »). Il est vrai que le format des articles (une à deux pages) suscite rarement la proposition de véritables analyses, mais favorise en revanche les remarques allusives et les affirmations lapidaires. Si certains réclament tel équilibre disciplinaire, une rigueur épistémologique appuyée sur tels fondements, une attention portée à tels objets (l’actualité, l’histoire des techniques, l’information citoyenne…), ce n’est pas dans Pandore qu’ils pourront les mettre en place.

La science telle qu’elle se fait… et devrait se faire

L’article de M. Philippon remettait en cause, à travers un « objet STS » dont il récusait la pertinence, et à travers le programme STS du CNRS, la manière dont la recherche elle-même était organisée. Est-ce que STS n’est qu’un feu de paille suscité par l’importance des budgets qui lui sont momentanément consacrés ? C’est la position qu’il semble prendre, soulignant les aspects néfastes du financement universitaire français, auquel il consacrera d’ailleurs un nouvel article intitulé « Pour un instatut du chercheur » dans le numéro 23 (avril 1983). Mais cette fois, il n’était pas le premier à aborder cette question ; les conditions sociales et matérielles d’effectuation de la recherche, et de sa diffusion, sont en effet bien présentes dans les questionnements des auteurs de Pandore, ce qui peut sembler logique étant donné les thématiques de recherches concernées par le bulletin. Claire Salomon-Bayet rappelle ainsi que le programme STS du CNRS, pour imparfait que soit son fonctionnement (lourdeur des règles de gestion…), est un « quelque chose » qui vaut mieux que « rien » (n°18, avril 1982).

Au-delà des financements, c’est aussi l’aspect « diffusion » de la recherche, diffusion interne aussi bien qu’externe, qui suscite des articles. Quant à cette dernière, elle fait l’objet de critiques ponctuelles des médias qui la prennent en charge (les films scientifiques français, comme les revues françaises, sont mauvais ; certains journalistes font mal leur travail), et donne lieu à des rappels sur la nécessité de diffuser la science pour une bonne démocratie. La diffusion interne est abordée sous l’angle de l’édition (avec la question du rapport entre le prix des ouvrages et le public touché) et des publications dans les revues, là aussi le lieu d’une comparaison internationale de laquelle la France sort perdante.

Technologie, technologisme, relations internationales et démocratie

D’ailleurs, quelle que soit la thématique abordée par les articles de la rubrique « Opinion », les comparaisons internationales, et plus précisément entre la France, ou l’Europe, et les États-Unis, ou les pays anglo-saxons, sont très fréquentes, et les pratiques françaises en sortent toujours perdantes : l’industrie y est « en retard », les ingénieurs « technicistes », les enseignements de moins bonne qualité, de même que les revues scientifiques dont les pays anglophones ont l’hégémonie. Bref, au niveau de la recherche comme à celui de la technologie, la comparaison internationale permet de critiquer ou stigmatiser la situation française ; les États-Unis, la Grande-Bretagne ou même le Japon sont des modèles à suivre ou à rattraper… bien que les pratiques décrites, qu’elles soient françaises ou américaines, sont telles que cela apparaisse impossible : « les orientations actuelles de la recherche sur « thèmes prioritaires », naturellement copiés sur les thèmes à la mode aux USA, font que les français, au lieu d’exploiter les créneaux, de profiter des énormes impasses faites par les américains, sont contraints de se mettre dans le sillage de la recherche américaine, et donc condamnés à ne jamais produire quoi que ce soit d’original », constate l’un des auteurs (Pandore n° 17, p. 34).

Cette fatalité consistant à considérer que, quoi qu’il arrive, les entreprises françaises seront en retard se retrouve parfois, transposée, sur l’objet même de la recherche STS, les rapports science société. Car si ces rapports, constituant le noyau de la recherche STS, donnent parfois lieu à des articles de fond sur une thématique (la science dans l’islam, les questions de défense militaire – objet de plusieurs articles, en particulier à la suite d’une prise de position de Latour sur les stratégies militaires à l’heure de la bombe atomique), ils donnent aussi lieu à des prises de position à la fois radicales et peu élaborées scientifiquement. On peut alors être pour ou contre la science (selon qu’elle est perçue comme théoriciste, dangereuse, ou éventuellement transmissible aux citoyens), mais le plus souvent contre le technicisme, voire même la technologie, en ce que son pouvoir ne peut être démocratiquement maîtrisé : certains enjeux touchant à la représentation de la science, de l’autorité et de la légitimité scientifiques et de la position sociale du chercheur semblent souvent, dans ces pages, bien difficiles à aborder sereinement et méthodiquement… d’autant que la coupure entre sciences dures et sciences humaines s’y révèle profonde.

Pour ne donner qu’un exemple de la manière dont sont abordées ces questions, dans une veine qui évoque parfois les courants luddites que connaissent toutes les époques, un compte-rendu critique4 où Bruno Latour stigmatise le « racisme » des savants envers les ignorants fait l’objet de deux réponses. L’une d’un physicien qui écrit : « Je serais curieux de savoir de quelle race de diplômés sort Monsieur Latour pour exercer avec une telle verve sa colère contre… une autre race de diplômés. Monsieur Bruno Latour croit-il prendre la défense du peuple face à des savants infatués d’eux-mêmes et méprisants ? En refusant de voir la question posée par le livre de Kapferer et Dubois, celle de l’écart énorme entre la puissance technologique qui nous impose en fait les normes de la vie quotidienne, et les moyens intellectuels, culturels et ajoutons politiques, dont les citoyens disposent pour faire face à cette dictature technologique, Monsieur Bruno Latour accable les masses populaires, victimes de l’échec de l’éducation, de l’échec de la culture, de l’échec des médias » (Pandore n° 19). Dans le même numéro, un sociologue rétorque alors que, « qu’il s’agisse d’Ariane, de Concorde, de la Navette spatiale, d’Espace est une construction sociale. Il est quadrillé, organisé, peuplé en fonction de projets élaborés par des technostructures internationales. L’Espace n’existe pas en dehors de ces multiples activités guerrières et industrielles. Cet idéal que les scientifiques eux-mêmes n’arrivent pas à atteindre, une connaissance pure de tout intérêt militaire ou géopolitique, on ose reprocher au profane de ne pas le réaliser ! Ce que ce livre montre, s’il montre quelque chose, c’est qu’il n’existe pas de savoir désintéressé. L’ignorance, ce n’est pas l’obscurantisme, l’irrationnel : c’est une forme active de résistance ».

L’article déjà cité d’Isabelle Stengers permet de constater que, dès le milieu des années 1980, et dès la structuration plus institutionnelle du champ STS, le rôle de Pandore et son contexte ont été justement évalués : « Aujourd’hui, tout va vite, très vite, le terrain s’est peuplé et un travail « sérieux » est demandé, encouragé, subsidié. Les chercheurs « installés », ceux qui, seuls, peuvent trouver bénéfice aux subventions du CNRS, se voient annoncer que, historiens, sociologues, théologiens, épistémologues, philosophes et autres, ils faisaient du STS sans le savoir, et seront désormais aidés comme tels. Pandore, dans doute, sera balayé, trop « sectaire » pour être le forum désormais nécessaire, et remplacé par un journal plus « présentable », où sera accueillie avec plus de respect la diversité des « sensibilités » STS »5.

Sarah Cordonnier

Notes

  1. subventionnés par le programme STS du CNRS à partir de 1984, ils ont pris la suite de Pandore de manière plus structurée, institutionnelle et scientifique (articles de fond
  2. Ainsi, dans La condition postmoderne (1979), et parmi de nombreuses références tout à fait « sérieuses », qui sont pour la plupart considérées aujourd’hui comme « canoniques », Jean-François Lyotard cite un article de Philippe Breton paru dans Pandore n°3 (p. 97) ; si, formellement, Pandore ne paie pas de mine, son contenu n’en est pas moins estimé et mobilisé.
  3. Dans Science de la science et réflexivité : Cours au Collège de France 2000-2001, Raisons d’agir, Collection Cours et travaux, Paris, 2001, pp. 55-64
  4. d’un ouvrage de Jean-Noël Kapferer et Bernard Dubois intitulé Échec à la Science : La Survivance des Mythes chez les Français, Nouvelles éditions rationalistes, 1981, in Pandore n°17
  5. Op. cit., pp. 91-92

Une réflexion sur « La revue Pandore : Note critique »

Répondre à rigas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *