Babou, Igor et Le Marec, Joëlle, Nova Atlantis – Manifeste pour une utopie baconienne en sciences humaines et sociales, Alliage n° 47, Anais Editions, 2001, p. 3-10.

Télécharger l’article (format pdf)

Extrait :

Croyons-nous encore à la possibilité d’un travail collectif en sciences humaines et sociales ? Certes, les réseaux, axes thématiques, groupements de recherche, et autres groupes d’études, ne cessent de se créer. Mais la plupart du temps, les chercheurs sont sommés de s’associer sous la pression des modes de financement de la recherche et des logiques administratives et comptables de constitution des équipes, en alignant des « forces » et des réseaux d’influence, en promettant une interdisciplinarité bien souvent commandée par la seule nécessité de faire avec l’hétérogénéité de démarches individuelles. Existe-t-il encore malgré tout la possibilité de faire exister des groupes de recherche qui soient fondés sur un véritable projet scientifique commun ?

Croyons-nous encore en une vision de la science comme travail collectif, empirique et public ?


2 réflexions sur « Babou, Igor et Le Marec, Joëlle, Nova Atlantis – Manifeste pour une utopie baconienne en sciences humaines et sociales, Alliage n° 47, Anais Editions, 2001, p. 3-10. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *