Réflexions à la suite de la Journée d’Etude « Edition et diffusion des études de sciences » organisée par le Cluster de recherche Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages, le 9 février 2011, ENS Lyon

Le 9 février 2011, à l’occasion de la sortie des trois premiers ouvrages de la collection « Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages » aux Editions des Archives Contemporaines, une journée d’étude a permis de discuter des pratiques éditoriales dans les études de sciences.

Les diverses interventions de la journée et les questions qu’elles ont suscitées m’incitent à revenir sur les enjeux épistémologiques de la problématique éditoriale pour les études de science et à prendre position dans la réflexion que l’équipe mène sur les pratiques de communication scientifique.

Je souhaite ici reprendre trois points qui me paraissent essentiels dans le débat sur la réflexivité institutionnelle auquel cette journée avait pour objectif de contribuer :

1. Edition et réflexivité

Les expériences éditoriales qui nous ont été présentées, témoignent toutes d’une attention particulière et renouvelée à l’édition comme dimension de la pratique du chercheur. Tout en prenant en compte les mutations sociotechniques qui interfèrent dans le processus éditorial, ces expériences ont, à divers titres, montré de manière plus ou moins explicite, ce que la publication scientifique doit aux diverses formes de réflexivité et comment la pratique éditoriale travaille cette dimension réflexive, chez les acteurs de la recherche, quels que soient leurs disciplines et/ou institutions de rattachement.

Une question centrale reste cependant ouverte : en faisant de l’édition un objet scientifique, comment le chercheur prend-il en charge la spécificité de sa situation, dans laquelle l’objet scientifique est une des conditions et des modalités de sa pratique ?

La prise en charge de la réflexivité opère, me semble-t-il, une rupture importante dans l’approche épistémologique de l’édition : elle montre le passage d’une étude exogène des pratiques – le processus éditorial comme objet codifié par l’histoire des techniques et des usages – à une réflexion située, qui porte sur la façon dont le chercheur se pense dans l’inscription sociale et matérielle de la pratique éditoriale.

L’édition ne peut donc pas être observée comme un simple cadre (certes complexe et évolutif) de l’activité scientifique, et le travail du chercheur ne peut se construire à distance de ces questionnements.

2. Les interrogations détournées autour de la reconnaissance

Dans les témoignages et expériences qui nous ont été présentés, le rapport que les acteurs entretiennent à l’édition, même dans ses évolutions les plus récentes, me semble rester marqué par un besoin de reconnaissance, que les différentes instances d’évaluation ne font que renforcer, même indirectement.

Il me semble ici que la pratique éditoriale concentre des tensions entre des représentations fortes toujours vivaces, actives, et des pratiques qui les désamorcent en partie.

Différents intervenants (G. Bautista, D. Vinck, B. Schiele, notamment) ont montré comment peuvent se construire des alternatives à l’édition scientifique traditionnelle. Dans le même temps, elles ont montré des jeux d’acteurs qui témoignent d’un désir d’appartenance au monde commun de l’édition scientifique. Si les conditions de la pratique éditoriale changent au profit de la convivialité (EAC), du réseau ouvert des collaborations (B. Schiele), les principes structurels demeurent : qualité, rigueur scientifique, mais aussi visibilité via le référencement dans les grandes banques de données.

Alors que de nouvelles pratiques s’initient sur le web et témoignent d’un déplacement dans les tensions autour des questions d’édition scientifique (comme l’a montré P. Mounier), la référence à l’édition traditionnelle demeure vive.

Même pour s’en défendre, elle montre l’attachement des acteurs à des formes instituées de la pratique et comment cet attachement est susceptible d’interférer dans le travail de réflexivité des chercheurs.

3. La question pendante de la désinstitutionalisation

Une question demeure : comment les acteurs de la recherche s’arrangent-ils avec ce qui, à la fois les contraint et les pousse à agir ? Les postures et les positionnements revendiqués par les chercheurs vis-à-vis de leurs pratiques de mise en public de leurs travaux, me paraissent relever d’engagements pluriels. Ces engagements, plus qu’un processus de désinstitutionnalisation, ne sont-ils pas le témoin d’une nouvelle prise en charge par la pratique des attentes de l’institution ?

Qu’il s’agisse de terrains pratiqués ou de la construction d’un objet scientifique, les différentes interventions ont toutes insisté sur les points de tension qui traversent les pratiques éditoriales. Or ces tensions me semblent moins dues à la confrontation de modèles économiques qu’à la confrontation et à la mise en concurrence de formats éditoriaux liés aux dispositifs de pilotage et d’évaluation de la recherche. Cette mise en concurrence, entraîne un travail de surexposition sociale, qui redistribue et reforme, plus qu’il n’élimine et ne fait disparaître, les codes de la publication scientifique et les formes de son institutionnalisation.

Les notions d’alternatives et de bricolages qui ont été à plusieurs reprises invoquées, traduisent  bien à la fois l’inventivité à l’œuvre, une disposition à interpréter une situation de pratique devenue complexe et instable, mais aussi le terrain de jeu limité qui est offert pour rendre effective cette interprétation.

A travers ces termes, se cristallise une partie des débats sur la question de l’institutionnalisation de la recherche. Les réactions suite à la présentation du portail des sciences par Igor Babou, ont été, à ce titre, exemplaires. Elles ont montré combien la question de l’applicabilité de la recherche reste vive : comparée au discours très consensuel sur le bien-fondé des observatoires (y compris de recherche), la défiance institutionnelle à l’égard du « portail de référence » qui a été présenté, me semble significative d’une tendance institutionnelle forte, dont nombre d’acteurs scientifiques se font le relais.

Elle m’incite d’ailleurs à retravailler la confrontation entre ces deux types de dispositifs de publicisation de la recherche qui sont en compétition croissante sur les réseaux.

S’il apparaît que le travail sur la communication scientifique place d’emblée le chercheur dans une forme de réflexivité dont il lui appartient de se saisir, il semble que cette réflexivité ne soit pas toujours appréhendée ou acceptée comme telle. Ceci, je crois, mérite d’être souligné.

Ces différents questionnements demandent à être approfondis et débattus à leur tour. Ils peuvent nous aider à poursuivre la réflexion sur les enjeux épistémologiques de la pratique éditoriale dans les communautés scientifiques.


Une réflexion au sujet de « Réflexions à la suite de la Journée d’Etude « Edition et diffusion des études de sciences » organisée par le Cluster de recherche Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages, le 9 février 2011, ENS Lyon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *