Mathieu Quet : « Le chaos des écritures : deux ou trois remarques pour clarifier mes idées » (synthèse d’un cycle du séminaire « Le chaos des écritures »)

Le texte qui suit a été rédigé par Mathieu Quet pour synthétiser les débats et interventions qui eurent lieu entre 2009 et 2010 à l’Université Paris 7, lors du séminaire « Le chaos des écritures », proposé et animé par Yves Jeanneret, Baudouin Jurdant et Joëlle Le Marec.

Le séminaire 2009-2010 a permis de balayer plusieurs types de questionnement et domaines d’étude de l’écriture. On y a aussi vu se dessiner des pistes d’analyse et des ornières à éviter. Et dans une certaine mesure, des horizons d’attente communs sont apparus, même s’ils n’ont pas toujours été précisés. En revenant sur les résumés des interventions pour en proposer une synthèse, en confrontant mes souvenirs de cette année avec les commentaires déjà proposés, j’ai essayé de clarifier mes idées sur ce que je saisis du cheminement du séminaire et de préciser des points plusieurs fois défendus mais dont le contenu me semble un peu trop implicite. Il s’agit d’un exercice, avec un côté très artificiel (et schématique à l’extrême), mais j’ai trouvé utile de m’y livrer pour me réapproprier les grandes directions du séminaire.

De façon générale, comme l’a déjà écrit Joëlle Le Marec, les interventions ont retracé à la fois des questionnements théoriques et des études de cas empiriques, avec la plupart du temps une volonté de « déconstruction des figures convenues du « texte écrit » ».

Il en découle tout d’abord des exigences conceptuelles et des ambitions d’analyse. La première exigence concerne l’opposition oral/écrit. Plusieurs intervenants ont insisté sur le fait qu’il était nécessaire d’éviter la dichotomie oral/écrit, trop souvent associée à l’opposition d’une oralité libératrice et d’une écriture coercitive. Mais alors que la plupart des participants semble d’accord sur ce point, Baudouin Jurdant appelle à nuancer la position : le refus d’une dichotomie souvent assortie de jugements normatifs sur les rapports écrit/oral ne doit pas nous conduire à délaisser l’étude de la présence et du rôle, parfois implicites et parfois plus évidents, de la parole (ou des paroles) dans le tracé des écritures. Si je comprends bien la suggestion de Baudouin, une fois qu’on s’est débarrassé des jugements hâtifs sur le rapport oral/écrit, il est toujours nécessaire d’en comprendre l’articulation. Cela conduirait à analyser aussi bien le « parler » des écritures que les traces d’écriture qui subsistent dans la (les) parole(s).

Une deuxième exigence conceptuelle a été plus particulièrement défendue par Yves Jeanneret dans son intervention. Il s’agit de l’importance de prendre en compte « les » écritures au pluriel, car celles-ci sont prises dans des dynamiques évolutives et complexes, et qu’il serait dommageable et réducteur de les compacter en un bloc. Cette proposition conceptuelle est essentielle dans la mesure où elle indique à toute analyse l’importance d’une prise en compte d’une multiplicité d’écritures et de leur hétérogénéité. J’y vois aussi une incitation à requalifier systématiquement une écriture que l’on analyse (par exemple, l’écriture scientifique) dans une série de rapports avec d’autres écritures. Ce qui conduit à la fois à construire nos objets comme plus complexes et inscrits dans une globalité qui les fait exister. L’écriture scientifique passe par exemple par l’écriture d’articles, mais aussi de rapports, de notes de lectures, de post-it ; elle entretient des relations avec des genres et des supports d’écriture considérés distincts mais avec lesquels elle établit des points de relais, dans le journalisme, la politique, les blogs, etc. Considérer les écritures et prendre au sérieux leur hétérogénéité, comme le préconise Yves, conduit donc à décortiquer et à situer nos objets d’étude de façon beaucoup plus précise.

Une troisième exigence, défendue par Igor Babou dans son intervention, complète les deux précédentes : il s’agit de l’insistance sur les situations d’articulation et de relais entre oralité et écriture. Comme l’a montré Igor, l’activité humaine est nourrie par l’intrication écrit/oral, et les situations d’inscription/désinscription constituent des complexes à analyser, à détisser. Au cœur de telles situations sont en effet en jeu des solidifications de l’ordre social ou au contraire des remises en questions, qu’il importe de clarifier. Il me semble que si l’on suit Igor, les situations de relais entre écrit et oral constituent des sites politiques essentiels (on n’est finalement pas si loin des dispositifs, mais avec une définition à la fois plus précise je trouve tout en conservant une immense diversité de situations).

A ces trois exigences/ambitions conceptuelles et méthodologiques répondent, comme en écho, plusieurs interventions dans lesquelles les intervenants ont insisté sur l’intrication oralité/écriture. Il me semble que ces interventions peuvent être distinguées en deux catégories : la première rassemble les interventions portant sur des cas empiriques dans lesquels l’analyse prend en compte les relais écrit/oral. La seconde s’intéresse à un genre scriptural particulier (l’écriture scientifique ou l’écriture des sciences sociales, voire l’écriture juridique ou l’écriture théâtrale) afin de mieux caractériser son rapport à l’oralité ou à d’autres genres scripturaux.

Dans la première catégorie, je pense par exemple à l’intervention d’Anne Piponnier sur l’écriture des projets, dans laquelle elle a montré comment la diversité des formes d’écriture à l’œuvre dans les projets et la négociation des interactions entre ces formes d’écriture, les relations interpersonnelles, conduisant à différents effets sur le cadrage des recherches. Il y a eu aussi l’intervention de Jean-François Ternay sur les multiples écritures en jeu dans la fabrication des films. Ces opérations de relai entre différentes écritures et situations de parole sont assumées de façon très variables selon les domaines : par exemple Daniel Schmitt a montré comment le processus de construction des expositions effaçait les traces des discussions autour du choix des objets exposés. Les opérations de relais ne peuvent donc pas être modélisées de façon simple, et il est nécessaire de tenir compte des règles particulières des milieux étudiés.

Dans la seconde catégorie, je verrais principalement d’un côté les travaux sur l’écriture scientifique et de l’autre ceux sur l’écriture des sciences sociales. Plusieurs interventions ont cherché à définir la spécificité d’un discours (d’une écriture ?) scientifique. Baudouin et Ivan Kiriow se sont intéressés au rôle de la parole dans l’écriture scientifique, et à la façon dont le rôle attribué à la parole indique une spécificité du discours scientifiques (discours monologique étouffant la polyphonie pour Bakhtine analysé par Ivan, discours pensant la réception de la parole chez Baudouin). Myriam Eck a insisté (dans ses notes) sur la dimension contrainte de l’écriture scientifique, tandis que Jean-Patrick Connerade cherche à caractériser au contraire la part irréductible de poésie contenue par la physique, comme toute activité « ouverte ». Jean-Marc Lévy Leblond insiste enfin sur l’analogie entre atome et alphabet qui serait depuis Lucrèce au cœur de l’écriture scientifique. Sur ce point, je trouve que des positions très riches et souvent contradictoires ont été exprimées, et qu’il faudrait chercher à mieux les caractériser pour voir jusqu’où chacune d’entre elles peut tenir. Par exemple : l’écriture scientifique est-elle une écriture contrainte ? Une écriture poétique ? Si les deux sont compatibles, n’y a-t-il pas néanmoins des conceptions très différentes de la contrainte en jeu ?

D’autres interventions ont cherché à caractériser l’écriture des sciences sociales ou à la mettre en perspective : Johann Defer s’est livré à une poétique de l’écriture sociologique bourdieusienne qui a permis de voir comment différentes « voix » étaient à l’œuvre dans cette écriture. J’ai montré pour ma part comment l’écriture sociologique a cherché à assumer une position particulière au sein de la polyphonie des discours, et Laurent Loty a mis en perspective le projet d’écriture des sciences sociales en se livrant à un exercice de lecture réflexive d’une fiction historique sur l’apparition de l’écriture.

Pour résumer tout cela, je dirais que le séminaire a permis de mettre en avant trois ambitions conceptuelles principales : 1) refus d’une opposition catégorique écrit/oral au profit d’une analyse du parler de l’écriture et de l’inscrit de la parole, 2) prise en considération de l’hétérogénéité des écritures, 3) nécessité d’une analyse des opérations de relais entre parole et écriture. A ces trois ambitions, répondent deux pistes principales d’étude : 1) analyse de cas empiriques des relais entre écriture et oralité et 2) caractérisation d’écritures spécifiques telles que l’écriture scientifique, l’écriture sociologique, ou l’écriture juridique (ou encore l’écriture théâtrale, que j’allais oublier).

Mais bien entendu ces ambitions conceptuelles et ces pistes d’étude ne résument pas tout l’enjeu du séminaire, loin de là, et j’ai gardé ce qui me semble le plus important pour la fin. Plusieurs participants ont en effet manifesté le souci d’une dimension politique du séminaire. C’était frappant dès l’intervention d’Yves lors de l’ouverture, quand il a évoqué l’automatisation des écritures sur le web et les cartographies web. Joëlle est revenue à plusieurs reprises sur l’importance de cette dimension politique dans la situation actuelle des évolutions de la recherche, et d’autres ont témoigné de cette urgence. Je partage complètement ce besoin, mais je crois qu’il est temps de s’entendre mieux sur la consistance qu’il a à nos yeux1.

De mon côté, j’ai vu cette dimension politique exprimée sous deux angles différents :

  • d’abord, à travers un questionnement général sur l’articulation contrainte/liberté en jeu dans les écritures. Cette articulation peut être entendue à plusieurs niveaux : au niveau des cadres de production des écritures (Emmanuël Souchier a insisté sur l’importance des formes éditoriales, Anne Piponnier a montré que les situations de projet contraignaient la production des écritures), au niveau des effets des écritures (performativité de l’écriture juridique par exemple chez Eric Heilmann), au niveau des usages des écritures (Jeannot Medinger parle par exemple de l’utilisation massive de l’écrit comme instrument d’évaluation comparée à l’école)
  • Il y a sans doute bien d’autres manières de « faire de la politique », et de nombreuses pistes ont été évoquées dans ce séminaire. Je les laisse de côté par oubli ou négligence, mais il me semble déjà que si l’on essayait de bien tenir ces questions (les enjeux de coercition liés à l’écriture, la forme donnée à notre intervention), ce serait très intéressant. Cela dit, il serait sans doute intéressant de revenir sur notre « politique des écritures », en discutant ce qui nous paraît important comme mode d’intervention pour les sciences sociales maintenant.

  1. Je me permets ici de faire un petit détour par un séminaire précédent, co-organisé par Baudouin et Joëlle, sur les marges académiques, et la spécificité de la politisation du milieu universitaire. A plusieurs reprises, nous avions cherché à définir un engagement qui ne soit pas celui des militants, et la tentative avait fini par tourner court. C’est précisément ce qu’il faudrait éviter ici je pense []

Une réflexion au sujet de « Mathieu Quet : « Le chaos des écritures : deux ou trois remarques pour clarifier mes idées » (synthèse d’un cycle du séminaire « Le chaos des écritures ») »

  1. Merci Mathieu, pour cette synthèse très claire ! J’en profite pour signaler le très intéressant livre de Vincent Debaene, publié chez Gallimard en 2010, et qui a pour titre « L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature ». Vincent Debaene traite justement des rapports entre les formes d’écriture (en particulier, du côté des ethnologues, la manière de rendre compte de son terrain) et leurs différences selon les dispositifs éditoriaux – scientifiques ou littéraires – qui leur servent de supports. Ce livre va plus loin que le simple constat de la double production littéraire des ethnologues français du début du XXème siècle (en général, ils publiaient un ouvrage savant et en parallèle un « récit de voyage » plus subjectivisé), dans la mesure où il pointe les relations de concurrence entre la littérature (qui se pensait comme un savoir sur l’Homme) et l’ethnologie naissante qui lui conteste sa place et élabore un savoir sur l’Homme en complète opposition avec la littérature. Opposition, mais en même temps – c’est tout l’enjeu du livre – regret et nostalgie pour un savoir « à l’ancienne » (humaniste, pas encore livré aux règles énonciatives et aux rubriques de l’ethnologie comme discipline), regret d’une forme littéraire de savoir sur l’Homme que révèle bien la double écriture du terrain chez toute une génération d’ethnologues.

    Voici la référence exacte du livre : Debaene, Vincent. L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature. Paris : Gallimard, 2010.

    Sinon, je rebondis également sur ta note de bas de page à propos de la confrontation entre militants et chercheurs pour signaler que lors du dernier forum des associations organisé par « Nature Sciences Société – Dialogues », à Paris, on a eu la preuve de l’étroite intrication des formes de savoir et d’action. C’est tellement plus intéressant quand ça se passe ainsi, et qu’on peut éviter les procès d’intention simplistes selon lesquels les chercheurs ne seraient qu’au service du pouvoir et d’une pensée détachée de l’action, tandis que les militants, eux, sauraient comment agir dans des formes démocratiques idéales… Mais je préfère retenir la manière dont un grand nombre d’associations et de chercheurs sont capables de dialoguer et d’agir intelligemment en respectant leurs territoires et leurs valeurs, tout en les croisant de manière positive, comme ce fut le cas la semaine dernière à Paris.

    Un lien, pour info sur ce forum : http://www.nss-dialogues.fr/Forum-des-associations-01-2011

    Amicalement

Répondre à Igor Babou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *